L'île de Versailles à Nantes

Il y a presque un an jour pour jour, je vous avais parlé des jardins d'Albert-Kahn, en partie emprunt d'inspirations japonaises. Cette année je vais vous parler du parc de l'île de Versailles à Nantes. Contrairement à ce qu'on pourrait imaginer, il n'a rien à voir avec la renaissance et propose à la place une immersion au pays du soleil levant.

Tout comme le soleil, nous nous sommes levés tôt pour arriver avant l'affluence des visiteurs. Succès, les lieux seront (presque) à nous pendant quelques heures.

L'île en elle-même se situe non loin du centre de Nantes, dans un méandre de l'Erdre qui se jette dans la Loire, plus loin. Elle est artifielle, remblayée par dessus des marais au 19eme siècle. La ville fini par l'acheter dans les années 80 pour transformer les 1.7 hectares en jardin japonais.

Voir une carte plus large

C'est au bout d'une petite passerelle en pierre que nous nous retrouvons devant l'un des portails de l'île. L'ambiance est jetée, nous attendrons 10 minutes supplémentaires le temps que les grilles s'ouvrent.

Juste derrière nous pouvons voir un premier simili-temple. Bien sûr ici il n'y a rien à voir avec la religion. Par exemple ici il s'agit d'une location de petits bateaux pour faire un tour sur l'Erdre.

L'île de Versailles est plus petite que le jardin d'Albert-Kahn (4 hectares), mais sa thématique est uniquement axée autour des jardins et maisons japonaises. Sur cet aspect ce parc est donc plus grand que son homologue francilien.

L'expérience est très dépaysante. Nous allons pouvoir marcher un bon moment.

Plus loin nous pouvons entrer dans des bâtiments. Une partie présente des aquariums avec des poissons locaux. Une autre est actuellement dédiée aux expositions temporaires comme ici des photos.

L'art du détail est respecté. Par contre les chevrons sont en métal. Pas très traditionnel, mais on passera là-dessus étant donné le travail de reconstitution. :)

J'ai vraiment l'impression d'être dans une vraie maison traditionnelle.

Nous continuerons notre route en nous enfonçons dans le jardin. Pas facile de se repérer au début, il y a beaucoup de chemins et il ne suffit que d'un bosquet pour les cacher les uns des autres !

 

La deuxième entrée de l'île. Ici aussi le ton est donné par un genre de torii.

Mais que serait un jardin japonais sans quelques bassins et des pierres ?

Un havre de paix.

Et la ballade continue, errant au gré du vent entre les bambous.

Il y a même un petit pont (rouge bien sûr)!

Certains arbres sont inhabituels comme ce résineux, qui à y regarder de plus près, semble poilu.

En somme, une petite matinée fort profitable. Le soleil était au rendez-vous, les visiteurs relativement rares. Quelques groupes de yoga ont pris place dans des recoins plus ou moins cachés, c'est un souffle zen qui balaye l'île.

Cet espace vert est une très bonne initiative de la ville, en espérant qu'elle perdure le plus longtemps possible.

Partager ce bel article

Écrire un commentaire

Quelle est la première lettre du mot dovmek ? :