La randonnée de Kibune Kurama

La randonnée de Kurama-Kibune nous a été conseillée par Geoffrey, notre guide à Kyoto. Et effectivement, après environs 2 semaines à parcourir des villes, l'idée de battre la montagne nous a séduit. Prendre l'air, se promener entre des vallons, changer totalement de cadre ...

Cette randonnée est assez prisée de part sa proximité avec Kyoto. Manque de bol, les dommages du typhon ont mené à la fermeture du sentier. Les deux villages sont situés à l'extrémité de la ligne de train Eizan, en partance de Kyoto. Nous avons donc fait le choix de visiter Kibune puis reprendre le train pour rejoindre Kurama.

Kibune

A la gare de Kibune nous avons manqué la navette-bus qui rallie le village, du coup nous avons parcouru le chemin à pied. Après tout nous prenons l'air et la rivière chante à nos côtés. La vallée est cernée d'immenses arbres et de grandes structures de rétention des pentes en béton.

Rivière de Kibune

Forêt de Kibune

A Kibune nous profitons de l'ambiance du village, sous les arbres. Le sanctuaire shintoïste de Kifune, dédié à un Kami des eaux, est l'un des points d'intérêts de Kibune.

Entrée du sanctuaire Kifune, à Kibune

Sanctuaire Kufine, Kibune

Ablutions du sanctuaire Kifune, à Kibune

Ici une plate-forme permet de prendre de la hauteur sur la vallée.

Point de vue au sanctuaire Kifune, à Kibune

Sortie du sanctuaire Kifune, à Kibune

Kibune est aussi connu pour ses restaurants à cheval sur la rivière : de juin à septembre on dresse des plate-formes en bois au dessus de la rivière sur lesquels les clients peuvent venir y manger.

Restaurant de Kibune

Les restaurants donnent d'un côté sur la route et de l'autre sur la rivière

Entrée de la rivière de Kibune

L'entrée de la rivière pour y descendre manger

Kurama

Notre deuxième étape est Kurama. La randonnée entre les deux villages peut être faite dans n'importe quel sens. Dans les deux cas les randonneurs passent par le temple bouddhiste de Kurama, situé quasiment au sommet de la montagne.

portail de Kurama-dera

Depuis Kurama son ascension peut être effectuée soit à pieds (30-45min), soit en funiculaire (quelques minutes). Nous avons opté sans regret pour le funiculaire, ce qui nous a permis de nous ménager pour l'après-midi que nous allions passer à Kyoto.

Montée vers Kurama-dera

Le funiculaire n'ôte pas le plaisir de monter les derniers escaliers à pieds ^^'

Ablution des mains, à Kurama-dera

Apparemment ce temple protège des objets de culte très anciens, mais je n'ai pas compris si c'était des statues ou des représentations.

Après avoir visité le temple et ses environs nous avons ensuite entamé la descente à pied. Et franchement vu le dénivelé, nous avons eu bien fait de monter via le funiculaire !

A droite : le Kitayama Sugi est l'un des rares arbres sacrés que nous ayons rencontré

Au final toutes ces marches nous ont bien creusé l'estomac ! Seulement voilà : à lieu touristique, prix touristiques. Et inutile de rechercher une supérette ici : il n'y en n'a pas. Il aurait fallu apporter nos propres victuailles avant de venir.

Du coup nous nous rabattons sur le prochain train en partance pour Kyoto afin d'aller y manger sur le pouce.

Train de la ligne Eizan, préfecture de Kyoto

Cette expédition a été un grand bol d'air frais dans ce séjour et l'idée d'aller faire un tour en montagne nous tenait vraiment à cœur. Le chemin de randonné étant coupé, nous étions dans des conditions particulières de visite. Néanmoins nous avons pu saisir le calme et la paix qui règnent entre ces montagnes.

C'est une expédition recommandable si vous avez beaucoup de temps à passer sur Kyoto. Ceci-dit, pour un séjour de moins d'une semaine je vous conseillerai de plutôt vous concentrer sur Kyoto même ou ses environs proches, tant il y a à faire.

Sources de cet article :

 

Partager ce bel article

Écrire un commentaire

Quelle est la quatrième lettre du mot ylfyhc ? :