Bastides et bourgs du Périgord

Alors qu'un mariage range l'Aquitaine sous le pouvoir anglais, le 13e siècle devient le théâtre d'une rivalité franco-britanique où l'on verra apparaître de puissantes villes d'un genre nouveau : les bastides. Rien que dans le Périgord on en dénombrera 25.

Bastide de Monpazier

La bastide de Montpazier est issue d'un accord décidé en 1284, entre le pouvoir anglais et le Seigneur de Biron situé non loin. Une bastide est un modèle de cité particulier qui s'est particulièrement multiplié au 13e siècle. L'idée était de créer des villes d'un seul tenant afin d'asseoir une présence et un pouvoir sur une région.

Porte de Monpazier

La porte Saint-Jacques

Globalement les bastides se reconnaissent à leur forme de quadrilatère avec des rues parallèles et perpendiculaires organisées autour d'une place centrale.

Rues de Monpazier

La structure rectiligne des rues était très rigoureuse

Afin d'attirer ses nouveaux habitants, les bastides offraient des avantages tel que l'exemption d’impôts et des droits seigneuriaux, le terrain et la pierre étaient fournis gracieusement, etc. Mais la construction des bastides imposait des contraintes de temps, aussi les habitants devaient construire leur maison sous un délais impartis au risque d'être redevable de pénalités.  

Arcades de Montpazier

Coincés en étaux entre l'Aquitaine anglaise et la France, les bastides permirent aux Seigneurs locaux d'affirmer leur existence. En cela, les bastides étaient une réelle aubaine pour eux. En effet il existait en effet des zones en friches, malfamées que les pouvoirs locaux peinaient à contrôler ...

Avec les bastides ils disposaient d'une force plus assurée, chaque implantation était une opportunité de valoriser les terres et les forêts et les marécages inexploités. Ces ressources développaient les marchés et l'artisanat qui généraient des recette financières conséquentes.

Arcades de Montpazier

Monpazier est un exemple vivant de bastide en excellent état de conservation. Cintrée d'une muraille dès sa création, ses accès étaient filtrés par 8 portes, et ses murs protégés par des fossés, glacis, herses, pont-levis ... on peut dire que cette ville a été conçue pour résister aux guerres et au temps.

Place principale de Monpazier

Cœur des bastides, les places centrales vont de 40m x 40m jusqu'à 75m x 130m pour la plus grande. A l'origine elles n'étaient pas conçues pour être des places de marché et les chariots n'avaient pas vocation d'y pénétrer. Ce n'est que plus tard que les accès aux places furent élargies et que des halles furent montées dans les différentes bastides françaises, ouvrant officiellement la vocation de marché à ces espaces.

Halles de Monpazier

Les piliers des halles ne touchent pas le sol pour éviter la remontée d'humidité et leur pourrissement


Afficher une carte plus grande

Bourg de Biron

La petite commune de Biron est principalement connue pour son énorme château, l'un des plus puissants de la région périgourdine. Je l'avais déjà visité en 2012 mais il m'avais laissé un arrière-goût de carcasse vide. En effet il ne reste quasiment plus rien de l'ameublement. Son seul souffle était de servir de lieu d'exposition de pour des pièces de collection.

Château de Biron

Nous ne visiterons pas le château mais le petit bourg avoisinant. En effet les grandes bâtisses ont souvent pour effet d'éclipser les merveilles qui se situent à ses pieds. Dans le cas de Biron, il n'y a pas grand chose à voir mais il n'en demeure pas moins charmant.

Village de Biron

A l'image du bourg, l'église est minuscule. Elle adopte une forme inhabituelle de croix grecque, aux 4 branches égales. En revanche elle dispose d'une grande hauteur sous plafond et ses larges pierres produisent beaucoup de frais, ce qui est appréciable par ce temps chaleureux.

Village de Biron


Afficher une carte plus grande

Bastide de Villefranche-du-Perigord

Villefranche-du-Perigord est la première Bastide ayant vu le jour dans le Périgord. Elle a été conçue par Alphonse de Poitiers, le frère de Louis IX (le fameux "Saint-Louis"). Construite en bordure du territoire anglo-saxon, l'Aquitaine anglaise ripostera avec la construction de 11 bastides dans cette région !

Ruelles de Villefranche-du-Perigord

L'essor des bastides s'est achevé au 14e siècle pour plusieurs raisons :

  • D'abord parce que leur pouvoir grandissant provoquaient l'inquiétude d'une partie de la haute société. A plus basse échelle, des Seigneurs voyaient leur main d’œuvre agricole s'enfuir et s'établir dans ces bastides malgré une interdiction formelle
  • Ensuite parce lorsqu'une bastide avaient beau se multiplier, les habitants potentiels n'existaient qu'en quantité finie. Certaines bastides ne se remplirent jamais.
  • Enfin, parce qu'au 14e siècle a débuté la guerre de Cent Ans, qui a mobilisé les énergies ailleurs.

Halle de Villefranche-du-Perigord

La halle de Villefranche-du-Périgord. Ses piliers sont anciens, mais la toiture elle remonte au 19e siècle.

Halle de Villefranche-du-Perigord

Chat sauvage de Villefranche-du-Perigord

Un petit habitant sauvage rencontré au détour d'une ruelle
- manifestement le moins farouche de sa porté -


Afficher une carte plus grande

Sources de cet article :

Partager ce bel article

Écrire un commentaire

Quelle est la deuxième lettre du mot jcgv ? :