Les grandes marées à Étretat

A l'occasion des grandes marées du printemps, nous nous sommes rendus à Étretat. D'une part parce que nous ne connaissions pas les côtés normandes, et d'autre part parce que les photos du coin nous donnaient envies. Et effectivement, la ville est très jolie.

Ce qui m'attirait par dessus tout, c'était de voir la fameuse aiguille "creuse" décrite par Maurice Leblanc, l'auteur de la saga Arsène Lupin. Une histoire fascinante, même si d'après les experts, l'aiguille ne serait pas creuse dans la réalité.


View Larger Map

Ce qui surprend avant d'arriver à la ville, c'est le relief. Quelques kilomètres avant, on entre dans un paysage très valloné, avec pleins de collines escarpées. Pour peu, on se croirait au début d'une chaine de montagnes ! Je dois dire que mes préjugés sur la platitude de la Haute-Normandie en ont pris un coup !

La ville en elle-même est très jolie et donc très touristique ! D'après certains habitants, la ville est peu fréquentée en dehors de la haute saison, néanmoins les grandes marées attirent aussi leur lot de curieux (comme nous!).

Beaucoup de bâtisses ont dû voir le jour dans le XIXe siècle. Je ne parviens pas à me débarrasser des histoires de Leblanc dans la tête quand je vois tout ça.

La ville jouxte la Manche. Au moment où nous avons pris ces photos, il faisait beau. Mais plus tard le climat s'est dégradé.

Quelques petits bateaux. En hauteur on peut apercevoir des habitations et des hôtels. Le lieu a beaucoup de charme et convient parfaitement pour un week-end à deux.

Des habitants nous ont expliqué qu'ici la mer se retire juste assez loin pour permettre de contourner l'aiguille au sec. N'ayant connu que l'océan Atlantique, je pensais que la mer se retirerait bien plus loin. Le problème lorsqu'on vient dans un lieu inconnu pour les grandes marées, c'est qu'on ne sait pas à quoi ressemble une marée "habituelle", et on en profite moins.

Les plages de galets ! Pareil, c'est une nouveauté pour moi. Ca muscle les chevilles de marcher dessus !

 

La plage de galets laisse ensuite place à ces plaques rocheuses. Ce n'est pas évident de marcher dessus, attention aux entorses !

Enfin la ballade s'est terminée par l’ascension des falaises. Si Étretat est au niveau de la mer, de chaque côté on se retrouve rapidement à plusieurs dizaines de mètres de haut. Les chemins sont très longs, et cela mériterait une excursion à vélo.

Vue sur l'aiguille. Je ne l'ai pas contournée en contre-bas, mais c'est vrai qu'on peut en faire le tour.

Les mouettes guettent sur l'extrémité des falaises.

Le bout du monde...

L'excursion s'est arrêtée à la nuit tombante. Nous étions fatigués et affamés. Nous nous sommes engouffrés un peu avant 19h dans un restaurant au bord de mer. C'était typiquement le genre d'établissement touristique, nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre.

Mais les pizzas y étaient succulentes, nous n'avons pas regrettés notre choix!

Le seul point négatif de notre séjour, c'est de s'être décidés au dernier moment pour se rendre à Étretat. Du coup tous les hôtels à peu près bon marchés étaient pleins, de même que les chambres d'hôtes un peu plus sophistiqués. Nous avons dû nous rabattre sur un établissement à l'ouest du Havre.

Néanmoins la distance Havre-Etretat n'est pas si grande, si bien que cela reste un bon plan si votre budget reste modeste.

Partager ce bel article

Écrire un commentaire

Quelle est la troisième lettre du mot ggwa ? :