Virée à Deauville

Nous avions prévu d'aller à Deauville dans le début de l'année afin d'éviter une hypothétique foule estivale. Seulement voilà, la voiture présentant alors des dysfonctionnements, nous avons différé notre petit voyage. Finalement il n'y as pas eu autant de foule de que le redoutions et en plus nous avons pu nous balader en t-shirt sous le soleil.

La ville entretien un petit côté historique. Parmi les bâtiments les plus anciens on trouve un certain nombre de structures à poutres apparentes, comme ici à l'hôtel de ville, ou ci-dessous les arcades du marché.

Mais ce qui est chouette, ce sont les bâtisses. Certaines sont carrément disproportionnées. D'autres, reculées dans les quartiers résidentiels sont plus cossues.

Deauville, Deauville, mais pourquoi Deauville ? Parce que j'en ai souvent entendu parler depuis que je vis à Paris. Il paraît que c'est l'endroit où montent tous les parisiens lorsqu'ils veulent aller à la mer. Tous ? Non, surtout les plus fortunés !

Or c'est là que le bas blesse : on ressent presque un léger malaise devant tant de richesses, les voitures de sport et les manoirs immenses. C'est beau, mais nous ne sommes pas dans notre élément avec Anne-Laure. C'est bien pour visiter, mais pas pour y passer des vacances.

Le Normandy Hotel était l'autre raison de notre venue. Non pas que nous y sommes descendus, mais son architecture à poutres pour une si grande bâtisse m'avait profondément intrigué.

Au final nous avons apprécié la sortie, mais je ne m'attendais pas à une ville aussi 'mastoc'. Je me représentait plutôt une petite bourgade avec moins de monde et plus de poutres apparentes.

Mais que cela ne tienne, car je vais plus trouver mon compte dans les villes voisines. Histoire à suivre. ;)

Partager ce bel article

Écrire un commentaire

Quelle est la quatrième lettre du mot fkvvx ? :